Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

violoncelle

Antoine Foucher

Antoine Foucher débute à 16 ans avec l’Orchestre des jeunes de Haute-Bretagne dans le concerto de Saint-Saens, puis apparaît en soliste avec différents orchestres, dont la Neue Philharmonie Westfalen, le Slovak State Philharmonic Kosice, et dans plusieurs festivals internationaux. Il forme avec la pianiste Sophie Labandibar un duo piano-violoncelle qui obtient le soutien de la Karl Dörken Stiftung, un 1er prix au concours international de Beychevelle, un 4e prix au Concours international de duo de Katrineholm (Suède) et se produit à Paris et sur Radio France. Il est admis à l’unanimité au CNSMD de Lyon dans la classe de J. Deplace. Il obtient son DNESM mention très bien et étudie à la Hochschule de Cologne puis effectue un Konzertexamen à la Folkwang Hochschule de Essen auprès de Young Chang Cho. Il se perfectionne en sonate dans la classe de C. Désert au CNSMD de Paris. Lors de différentes masterclass, il reçoit les conseils de T. Tsutsumi, B. Pergamenschikow, C. Ivaldi et des membres du trio Wanderer. Il est demi-finaliste aux concours « Isang Yun in memoriam » (Corée du Sud), « Georges Prêtre » de Douai (France), « Vittorio Gui » de Florence, lauréat du concours « Maria Canals » de Barcelone. Il est régulièrement invité par l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine comme violoncelle solo.

Sarah Iancu

Sarah Iancu commence ses études musicales avec André Fabre au Conservatoire de Montpellier. Dans la classe de Roland Pidoux au CNSMD de Paris, elle obtient à l’unanimité un 1er prix de violoncelle et de musique de chambre (Alain Meunier) et poursuit sa formation avec Lluis Claret. Choisie par le Monde de la Musique comme « l’une des meilleures violoncellistes de sa génération », Sarah Iancu est lauréate de nombreux concours internationaux dont le Concours Rostropovitch : Prix du Fonds Instrumental Français. Citons également le Premier prix Valentino Bucchi à Rome, le Premier prix du Tournoi de Musique à Bari, le Deuxième prix des Jeunesses Musicales Romania à Bucarest. Violoncelle solo de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse depuis 2002, elle poursuit parallèlement une riche activité de musique de chambre et de soliste. Sarah Iancu intervient dans le cadre de l’option « préparation au métier d’orchestre ».

Roland Pidoux

Roland Pidoux fait ses études au CNSMD de Paris où il obtient ses diplômes en 1965 et 1966. Sous l’influence de ses maîtres Jean Hubeau et Joseph Calvet, il se passionne pour la musique de chambre, parallèlement à sa carrière de concertiste. En 1968, il fonde avec Jean-Pierre Wallez l’Ensemble Instrumental de France qui deviendra plus tard l’Ensemble Orchestral de Paris puis rejoint le Quatuor Via Nova pour une période de sept ans avant de retrouver Régis et Bruno Pasquier au sein du Trio Pasquier. En 1969, il est engagé à l’Orchestre de l’Opéra de Paris, puis à l’Orchestre National de France comme violoncelle solo de 1978 à 1987. Au cours de ces années, son amour de la musique de chambre le conduit à jouer aux côtés d’autres musiciens exceptionnels tels que Pierre Fournier, Mstislav Rostropovitch, Isaac Stern, Jean-Pierre Rampal…
Il retrouve son ami de longue date, le pianiste Jean-Claude Pennetier pour constituer un trio en compagnie d’un de ses partenaires favoris, le violoniste Régis Pasquier. Cette formation obtient un vif succès auprès du public en France et à l’étranger et notamment aux États-Unis où ils sont régulièrement invités. Roland Pidoux, à l’instar de son maître André Navarra, a enseigné de 1988 à 2012 au CNSMD de Paris. Il est directeur artistique des Rencontres de Violoncelle de Bélaye (Lot) et un des membres incontournables de l’octuor de violoncelles « Les Violoncelles Français ». Il a enregistré de nombreux disques de musique de chambre dont l’intégrale des sonates et variations pour violoncelle et piano de Beethoven, en compagnie de Jean-Claude Pennetier, récompensé d’un « Choc Classica » ainsi que les deux trios de Rachmaninov.

Photographie © Franck Alix, 2015