Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Dans les murs

Déjà vue

du 24 au 27 nov. 2020

workshops

en visioconférence

Dans le cadre du projet de recherche Changement d’échelle
Réservé aux étudiant·es du Studio Les Communs, ouvert aux autres étudiant·es de design suivant le nombre de places.

Entre ExistenzMinimum et ExistenzMaximum
Ultra Ordinaire, Imke Plinta et Philippe Rekacewicz de Visioncarto ont imaginé cette cartographie pour visualiser les systèmes et les modes de production face aux débats actuels dans le projet.

Pourquoi avoir pointé ces deux concepts ? Travail diffus obligatoire et informel, cadencé par les outils numériques de l’ExistenzMaximum, qui se confronte aux espaces conçus avec des outils théoriques de l’ExistenzMinimum. Même si les deux approches relèvent de la rationalisation des projets, les événements actuels mettent en crise cette logique de société d’un point de vue politique, économique, social et surtout écologique. Il se profile plusieurs pistes : entre celles qui continuent et utilisent la stratégie du choc pour passer en force, celle des alternatives avec la relance environnementale et celle de remises en question plus profondes, afin de mettre en place un monde plus équilibré culturellement, socialement, politiquement, et surtout écologiquement.

Suivre ces débats d’un point de vue du projet est un exercice compliqué ; il n’existe pas d’histoire de la culture du projet. Par culture du projet, nous entendons les outils pratiques et leurs rapports théoriques liés à un contexte et des situations précises qui construisent les manières de faire d’une époque. Il ne s’agit pas d’histoire ou de théorie du design, mais bien de l’approche de la praxis du projet et de ses outils.

Les étudiant·es de l’isdaT ont initié le travail qui sera par la suite proposé à d’autres comme une œuvre collective.


Imke Plinta est une urbano-graphiste allemande, consultante en design, enseignante et curatrice. Initialement diplômée en communication visuelle, puis en culture de design, elle a été professeure à la HEAD-Genève et à l’ECV-Provence. En 2011, elle co-fonde l’institut Civic City avec Ruedi et Vera Baur, avec qui elle réalise de nombreux projets jusqu’en 2015. Depuis, elle travaille avec Giulio Vinaccia comme consultante en design pour l’ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel) sur des projets de développement local dans l’artisanat en Algérie et Palestine.  

Philippe Rekacewicz est géographe, cartographe et information designer. Après avoir achevé ses études de géographie à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), il devient de 1988 à 2013, un collaborateur permanent du mensuel français LeMonde diplomatique. Depuis janvier 2017, il est chercheur-associé rattaché au département d’anthropologie de l’université d’Helsinki dans le cadre un programme européen de recherche sur les recompositions socio-économiques dans l’espace méditerranéen (crosslocations). Il « co-anime » également avec Philippe Rivière le site visionscarto.net depuis 2014.

  • Linkedin isdat

Printemps de l’Art Contemporain à Marseille, 2015, signalétique sauvage avec les étudiant·es en L3 à l’ECV Provence. Photographie © Imke Plinta