Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Hors les murs

isdaT beaux-arts

Le Bal des survivances

du 5 déc. 2019 au 1er fév. 2020

expositions

vernissage mercredi 4 décembre 2019 — 18h30, Frac Occitanie Montpellier

Post_Production 2019 avec Lana Duval, Marie Havel, Ludovic Salmon, Maxime Sanchez.

Post_Production est un programme destiné à l’insertion professionnelle et artistique de jeunes diplômé·es, conçu et réalisé en partenariat avec l’École supérieure d’art et de design des Pyrénées (Ésad Pyrénées), l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes (ésban), l’institut supérieur des arts de Toulouse (isdaT) et Montpellier Contemporain École supérieure des beaux-arts (MO.CO. ESBA).

Le Frac OM et les écoles supérieures d’art en Occitanie offrent l’opportunité à quatre nouveaux artistes de produire et d’exposer des œuvres : Lana Duval (Ésad Pyrénées), Marie Havel (MO.CO. ESBA), Ludovic Salmon (isdaT), Maxime Sanchez (ésban). Une bourse est accordée aux lauréats par leur école d’origine, et l’accompagnement et la prise en charge des moyens liés à l’exposition sont proposés par le Frac OM.

infos pratiques

Frac Occitanie Montpellier, 4 rue Rambaud, Montpellier
Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h, fermé les jours fériés, les 24 et 31 décembre 2019. Entrée libre, lieu accessible aux personnes à mobilité réduite.


« Pour la quatrième édition de Post_Production, Lana Duval, Marie Havel, Ludovic Salmon et Maxime Sanchez ont réalisé des œuvres nouvelles et les présentent collectivement dans une exposition à l’intitulé quelque peu inquiétant : un bal des survivances ! Comment est-il possible, lorsqu’on est un jeune artiste, de considérer sa création sur le mode de la « survivance » ? Ou encore : à quel étrange « bal », marqué au sceau de la survie, sommes-nous conviés ? Comment comprendre cet oxymore ?

L’époque de l’humanité dans laquelle nous sommes est davantage celle de la fin de l’Histoire que celle de son commencement. Le fait que l’être humain s’inquiète désormais de sa propre survie, à travers celle des conditions naturelles qui lui sont nécessaires, montre que son passé est plus consistant et « assuré » que son avenir, désormais incertain. Nous vivons ainsi avec le poids d’une Mémoire considérable. Et l’on comprend que cette contrainte augmente pour chaque nouvelle génération : pour elle, le fardeau de l’Histoire se trouve immédiatement grossi de ce que les précédentes ont ajouté à l’héritage, aussi généreux soit-il. Comment danser avec insouciance et légèreté en éprouvant ce poids de l’humanité morte qui vous façonne ?

Mais cela ne concerne pas uniquement le long cours de l’Histoire. Car la Modernité, dans son utopie de célébration du présent, d’un vécu émancipé dans la réalité sensible, a aussi inventé des techniques pour saisir l’instant, pour capturer l’immédiateté. Les images, sous la forme d’enregistrements incessants, ont transformées en « mémoires » les expériences les plus intimes. Ce qui est vécu est soumis à une quasi-historicité, ou est réduit au spectacle de soi. Alors, le Présent n’a plus de sens que représenté par la « survivance » de ses propres traces, qui s’accumulent comme autant d’archives de vies à peine entamées. L’art sous toutes ses formes n’y a pas coupé, et l’on évoque régulièrement sa fin. Toute danse, à peine engagée, serait-elle déjà achevée ?

Je crois que le « bal » que nous proposent Lana Duval, Marie Havel, Ludovic Salmon et Maxime Sanchez a quelque chose à voir avec ces difficiles réglages que la jeunesse doit opérer, pour rester vivante et libre de son énergie, quant aux différentes conditions mémorielles qui lui sont faites. Car la possibilité même d’être artiste et créateur passe aujourd’hui par là. De l’histoire des camouflages militaires et de ses prolongements dans la production industrielle actuelle, que réinvestit Marie Havel, aux artefacts archéologiques et aux techniques artisanales, que réinvente Maxime Sanchez, ou encore des paysages confectionnés par la culture populaire dans les médias et les nouvelles technologies, que reprend Lana Duval, à un questionnement sur la représentation de la ruralité, l’industrie et la société de services, que Ludovic Salmon met au cœur de ses recherches picturales, tous les quatre affrontent des enjeux qui, par-delà la formes que prennent leurs œuvres, sont constitutifs de nos contradictions contemporaines.

Dès lors, comment danser ? Chaque spectateur invité à ce bal se fera une certaine idée des pas qui lui sont proposés, et les trouvera ou non à sa convenance. Mais il est possible qu’un bal ne soit pas d’abord une affaire d’idées ni de thèmes encombrants. Il est bien plus probable qu’il s’agisse d’une certaine relation aux corps et, à partir de leurs mises en mouvement, de quelque célébration de la matière en général. Peut-être notre spectateur remarquera-t-il alors que « la terre », comme la composition et l’épaisseur insondable des sols, est ce que Marie Havel s’efforce de retourner avec méthode et ironie ; que « le feu » est ce par quoi Lana Duval ravive des images a priori irrécupérables tant elles semblaient fanées par les tubes cathodiques et les écrans ; que « l’eau », par le biais d’une technique d’impression hydrographique de son cru, nourrit les signes primitifs et les fragments antiques que Maxime Sanchez réanime sur des matières composites ; que les peintures de Ludovic Salmon sont avant tout baignées d’une atmosphère nocturne, un brouillard opaque où la fumée d’usine paraît l’unique « air » respirable par les occupants de ses campagnes asthmatiques.

Un bal c’est une fête, et une fête est une incarnation urgente et volontaire où doivent s’éprouver la puissance et l’insouciance active, marques de la jeunesse. Et un bal artistique reste, quoi qu’on en pense, une célébration sourde de ces éléments dont nous sommes faits et qui ne peuvent finir. En cela, c’est un événement auquel chacun est convié, que l’on redoute ou non les inévitables chambardements de la sur-vie. »

Emmanuel Latreille
Directeur du Frac OM
Commissaire de l’exposition

  • Linkedin isdat

Le Bal des survivances, Maxime Sanchez