Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Dans les murs

isdaT beaux-arts

État des recherches #2, Katharina Schmidt

mercredi 19 nov. 2014

séminaires

18h — amphi B

Le séminaire Etat des recherches est un moment public pour découvrir les pratiques artistiques et les recherches en cours des différents membres de l’isdaT. 

Katharina Schmidt
« La démarche de Katharina Schmidt s’appuie sur une pratique du dessin et de la peinture. Elle embrasse des formes et des techniques diverses :  — figures stylisées ;
— formes géométriques issues de l’architecture ;
— symboles évoquant l’univers du graphisme industriel ou publicitaire (souvent réalisés par ordinateur et imprimés sur papier, murs, vitres, vêtements, rideaux…) ;
— vues de paysages urbains d’une précision photographique (à l’aquarelle, au crayon gras…) ;
— peintures sur toile aux limites de l’abstraction (associant rigueur objective et perturbations, inter-ventions au pochoir, réseau de lignes aléatoires…).

Katharina Schmidt explore les ressources symboliques et formelles de ces représentations en les soumettant à des opérations de reproductions, de répétitions, à des jeux d’échelles, de superpositions, de rythmes entre vide et saturation. Des images sérigraphiées, agrandies et démultipliées investissent l’espace d’exposition à la manière d’un papier peint, détournant le registre décoratif du motif au profit d’une dialectique ouverte entre intérieur et extérieur, espace urbain et espace domestique, sphère publique et sphère privée. Si l’espace tend à être redéfini par l’agencement des images et des signes qui le recouvrent, il se révèle en retour dans sa matérialité par la manière dont ses caractéristiques propres déterminent l’agencement et la découpe du motif.

En filigrane de cette logique paradoxale, la ville apparaît comme le lieu par excellence où se confrontent la dimension générale et abstraite de la représentation (le plan urbain comme projection d’un idéal rationnel de l’espace collectif, et la nature foncièrement complexe et anarchique d’une réalité urbaine, dynamique et entropique, en continuelle métamorphose au gré des ratages et des usages). »
Adaptation d’un texte de Camille Videcoq pour l’exposition de K. Schmidt à la galerie RLBQ

  • Linkedin isdat

Katharina Schmidt, vue de l’exposition Centre Bourse et autres lieux galerie RLBQ, Marseille 2009