Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Nouveaux standard(s) & Nouvelles domesticité(s) [2003-2008]

Séminaire La maison individuelle
du 13 octobre au 19 décembre 2003

responsable de la journée d’études

Nathalie Bruyère avec Manuel Valentin et Joseph Almudever


La Maison idéale est le nom d’un appel d’idées lancé en Août 1942 par la revue Domus conviant les architectes à répondre au thème imaginaire « La casa et l’idéal », précisant que « cette course à l’idéal est une espèce de déracinement : le rationaliste inflexible s’avance au bord du précipice pour goûter aux spasmes surréalistes, et le critique y trouve une riche matière pour envisager d’autres calculs, au-delà de cette rigoureuse sévérité du fonctionnement ascétique d’apparence utilitaire, où le goût de l’architecture actuelle éprouve encore le besoin de se contrôler ». (In Domus n° 176, août 1942, cité par Béatrice Julien dans son livre La Villa Piétrangeli — enquête sur une maison disparue, édition de l’imprimerie, 1994).

L’architecte italien Angelo Piétrangeli (1904-1951) envoie un courrier où il écrit :« Si je vous envoyais une maison idéale, ce ne pourrait être que la mienne (j’y passe tant de temps maintenant que je l’espère et la veux idéale). Hélas, elle n’est idéale que pour moi, et dramatiquement inachevée ».
Il déclinera l’offre de Domus en 1943.

Comment parler de nouvelles sensibilités immatérielles sans introduire dans le débat le cadre domestique et une réflexion sur les rapports avec des objets et/ou des espaces, en questionnant le subjectif et l’objectif, les relations humaines, les rituels et les usages ? Nous pourrions penser que ces thèmes sont liés directement à la culture professionnelle de l’architecture d’intérieur ou du design, mais ils peuvent être perçus et traités de manière décalée. Les journées d’étude ont pour objectif de visualiser les différentes approches. La maison individuelle est une réponse idéologique, contextuelle, économique… à une question donnée impliquant de nombreux acteurs, toute partie prenante de son existence.

Afin de pouvoir cerner ce propos, nous considérerons ce thème sous trois aspects principaux :
— Densification et/ou contraction de l’objet dans l’espace habité.
— Surface, coût, matériaux, qualité. De leur influence sur l’évolution des « modes de vie ».
— Mitage, prolifération et lecture du paysage.

intervenants des journées d’études