Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Ideal Standard

Recherche entre l’isdaT option design et la FH — Potsdam sur les objets du quotidien

Le propos tenu pour cette analyse est d’arriver à définir l’engagement du « projet de design », parce que malheureusement, aujourd’hui dans beaucoup de cas, la création est design de « life style », design pour les designers, design égocentrique ou design seulement lié au marketing.


État des lieux du projet « Idéal Standard », rapport fait par le groupe des étudiants à Toulouse

Nous menons une recherche sur les objets « standards » idéaux actuels. En effet nous nous intéressons aux objets banaux et ordinaires qui font partie de notre vie quotidienne, objets présents mais que l’on a tendance à oublier, que l’on considère comme une norme.

Nous sommes un groupe d’étudiants en design de l’isdaT et de la FH — Potsdam (Université de design). Notre équipe est constituée de 12 membres, 7 étudiantes allemandes et 5 étudiantes françaises. En ce qui concerne l’école de Potsdam, deux des étudiantes responsables du projet sont en design industriel et les deux autres en section communication. À Toulouse, nous sommes 2 étudiantes en année 5 et 3 en année 4, option design.

Ce projet prendra la forme d’une exposition dans le cadre de Designmai 2006, événement de design annuel établi à Berlin qui offre une plateforme idéale pour les designers, architectes, magasins, showrooms et autres institutions culturelles afin d’être exposé à un public international et communiqué à la presse. L’événement accueille environ 100 000 visiteurs par an, la manifestation culturelle aura lieu du 18 au 21 mai 2006. Le comité d’organisation de Designmai a validé et sélectionné la proposition pour une participation. Un catalogue bilingue (français et allemand) devra prendre forme à la suite du travail.

Le projet a pour but de porter un nouveau regard sur le design en mettant en avant les caractéristiques essentielles de l’objet détaché des phénomènes de mode. Nous avons mis en place un « bureau » de travail dans chaque école et nous communiquons par e-mail et vidéo-conférence régulièrement afin de nous informer mutuellement de l’avancée du travail, d’échanger nos points de vue sur le projet, et ainsi créer une véritable synergie de groupe.

Pour trois d’entre nous le projet constituera le stage en année 4. Nous avons obtenu des bourses Leonardo da Vinci pour nous aider à financer notre séjour de trois mois de février à mai 2006, à Berlin.

Standard et Idéal résultent bien souvent de caractéristiques nationales, personnelles et sociales. Pour arriver à une gamme étendue d’objets de notre vie de tous les jours, un maximum de recherches sous formes de témoignages, d’interviews, de questionnaires et d’enquêtes ont été effectuées. Des enquêtes ont été mises en place, sous forme de questionnaires pour connaître l’avis des gens sur le sujet, et quels étaient les objets qu’ils considéraient comme idéaux ou comme des standards.

Suite à ses premiers résultats et à de nombreuses discussions, un bon nombre de questions s’est posé. Par exemple : Les objets sont-ils standards parce qu’ils sont idéaux ? Comment conditionnent-ils notre style de vie et nos pratiques du quotidien ? Comment les choisissons-nous, sur quels critères ? Nous continuons d’explorer le domaine de l’idéal standard à travers des enquêtes plus ciblées et plus personnelles.

De leurs côtés les allemandes ont aussi fait des enquêtes assez similaires. Les résultats se trouvent également sur la banque de données, à laquelle un accès est permanent. Elle répertorie les objets cités par catégories. Il est intéressant de pouvoir comparer les points de vue divergents sur les choses en fonction de notre culture.

Nous nous sommes également penchées sur la sponsorisation de notre projet par des entreprises et des mécènes. Des entreprises de trois types ont été contactées :

  • Celles qui ont un lien direct avec l’exposition produisant l’objet standard qui a été sélectionné (Bic, Duracell, Etc.).
  • Celles qui parrainent régulièrement des manifestations culturelles comme des salons, des expositions. (Groupe LVMH, Airbus, Etc.).
  • Enfin, les grands groupes, tels que Carrefour ou encore Géant Casino qui fabriquent eux-mêmes toute une gamme d’objets standards.

Un rendez-vous avec le responsable du groupe Carrefour Toulouse-Labège est fixé pour envisager une coopération. Les allemandes travaillent également sur la recherche de sponsors. Elles commencent la conception du catalogue et sa mise en page.

La sélection précise des objets, ciblés et choisis comme objets standard idéaux a commencé. Nous comptons les faire envoyer par les fournisseurs dans la mesure du possible.

l’équipe du projet en France

Véronique Giraudet,, Adeline Labord, Célia Goujon, Émilie Charpentier, Hélène Olive.