Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Les 4 métropoles, Andrea Branzi

Sur invitation de Nathalie Bruyère et Lorenz Wiegand

L’objectif du séminaire est de présenter les articulations-théories attenantes aux différentes constructions de l’espace des métropoles d’un point de vue théorique.

Le séminaire prend corps dans l’édition de la Domus Academy, intitulée « La quarta metropoli, Design et environmental Culture ». Le travail porte sur le design et la culture du milieu. L’édition est issue du cours sur l’aménagement urbain donné en introduction à la Domus Academy avec Ettore Sottsass et Andrea Branzi (professeurs), Marco Zanini, Mario Trimarchi (assistants). Une étude d’un site, l’axe de Buenos Aires à Milan, était proposée à des étudiants argentins, italiens, anglais, américains, thaïlandais.

La métropole théorique

Dans notre discours, la métropole est le lieu d’un double rôle : comme système général de construction dans l’univers du projet (et comme territoire de circulation intensive de la marchandise) et comme lieu qui contient dans son ventre tous les projets particuliers, qu’ils soient homogènes, discontinus ou dissociés entre eux. Mais la métropole possède aussi un rôle plus symbolique, une fonction meta-force générale faite de tous les différents discours projectuels et de toutes les stratégies constructives. La métropole est une réalité, mais aussi un concept qui change dans le temps, dans l’histoire, qui correspond à un modèle théorique général sur le monde1 (p.11)

  • La métropole mécanique correspond aux années 20 et 30 et réalise pour la première fois l’intégration complète de la société dans la logique de la révolution industrielle. La métropole mécanique est constituée de réalités séparées, de corps opposés, que ce soit dans le social ou dans la culture ; ces parties différentes s’opposent dramatiquement, produisant une unique énergie de transformation1 (p.12).
  • La métropole homogène est un modèle théorique qui prend corps entre les deux guerres jusqu’aux années 50, un autre modèle de référence : l’hypothèse d’une métropole qui aurait dépassé les grandes contradictions intérieures de nature formelle pour devenir un grand système homogène de construction, presque un grand diagramme territorial de la chaîne de montage1 (p.13).

1. Domus Academy, « La quarta metropoli, Design et environmental Culture« , Ettore Sottsass et Andrea Branzi (professeurs), Marco Zanini, Mario Trimarchi (assistants),1990, p.11 – La métropole mécanique, p.12- La métropole homogène, p.13 – La métropole hybride, p.14 – La métropole froide, p.15.

  • La métropole hybride correspond à la naissance de la société post-industrielle. Dans la métropole hybride, le projet n’est plus quelque chose qui tente de modifier le monde, mais plutôt une autre réalisation de la nouvelle réalité qui s’ajoute à celle existante, pour la rendre plus riche, plus complexe, pour augmenter les possibles, les choix.
  • La métropole froide, le design, ne doit pas trouver d’improbables solutions globales et définitives, mais plus produire des équilibres locaux, une nouvelle écologie du monde artificiel, qui transforme le milieu en valeur positive, la grande épaisseur de l’interface entre l’homme et le système d’artefact qui l’entoure.


Crédit_Guido-CorazziariCrédit_Marco-De-LulaVisuels haut © Guido Corazziari, bas © Marco De Lula

Le travail présenté lors du séminaire d’Andrea Branzi était construit sous la forme d’un dialogue entre les recherches initiées avec le LISST-cieu et le regard théorique d’Andrea Branzi sur la ville. [Voir travaux des projets sur les Nouveaux standard(s) & les Nouvelles domesticité(s)]. La collaboration avait commencé par une série de travaux sur les questions de Nouveaux standard(s) & les Nouvelles domesticité(s) et la place de la création vis-à-vis des sciences sociales. Le séminaire a été l’occasion de questionner les méthodologies radicales pour interroger les réalités sociales et structurelles des villes ; étudiant ainsi le rôle de l’entretien, de l’enquête, dans les sciences sociales face aux enjeux du design.

Projets présentés


Seance-travail-Branzi_credit_Manuel-Valentin_2
Séance de travail à l’isdaT avec Andrea Branzi © Manuel Valentin