Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Follow us

Dans les murs

isdaT beaux-arts

Ville & Guerre

vendredi 14 déc. 2018

study days

Journée organisée par l’isdaT en partenariat avec Sciences Po Toulouse et l’ENSA Toulouse. Ville & Guerre est un atelier d’initiation à la recherche artistique mené par Philippe Grégoire, architecte et enseignant en design et architecture à l’isdaT.

Le milieu urbain constitue aujourd’hui le principal théâtre des opérations et conflits armés à travers le monde, dont les populations civiles sont les premières victimes. Pour explorer les enjeux que soulève une telle situation, des étudiant·e·s de Master en design (isdaT), sciences politiques (Sciences Po) et architecture (ENSA) ont été invités à travailler ensemble, durant un semestre, sur l’articulation entre la Ville et la Guerre, dans une perspective transdisciplinaire. 

À partir de l’analyse du cas de Sarajevo1, dont le siège durant 4 ans de 1992 à 1996, constitue le plus long de l’histoire récente — pensé à la fois comme territoire référent et comme ressource d’études car multi-documenté par de nombreux écrits, articles de presse, documentaires, émissions de radio, etc. — il s’est agi pour ces étudiant·e·s de penser les liens entre la Ville et la Guerre, de mettre en perspective et en questionnement le contexte de Sarajevo pour le faire résonner avec d’autres occurrences plus actuelles. Ainsi, il ne s’agissait pas stricto-sensu de questionner et répondre à des problématiques concernant le cadre de Sarajevo pendant la guerre ou aujourd’hui, mais de les déplacer en les articulant à de nouveaux contextes qui faisaient sens, afin de dégager des questionnements actuels ou prospectifs.

Ce projet a donné lieu à des recherches et approches variées — dont certaines se croisent ou se complètent. Ainsi sont abordées les questions de “l’urbicide”, de la “recherche et la conservation de ressources essentielles comme l’eau”, de la “restructuration des sociabilités du quotidien en temps de guerre”, de la “reconstruction critique des bâtiments détruits”, des “différents temps de la reconstruction post-guerre”, du “traumatisme et de la réparation psychologique des enfants”…

La journée d’études permettra aux étudiant·e·s de resituer et restituer leur travail dans le cadre de ce projet. Elle sera aussi l’occasion d’écouter trois grands témoins transmettre leur expérience particulière, leurs réflexions et leurs travaux sur des cas précis qui interrogent la question de la Ville et de la Guerre ainsi que de manière connexe, celle de la violence.

La matinée sera consacrée à la restitution des recherches et pistes de projets des étudiant·e·s des trois établissements. L’après-midi une table-ronde publique réunira Rémy Ourdan, journaliste au Monde et reporter de guerre, Catherine Cattaruzza, artiste visuelle et photographe, et Eyal Wiezman, architecte, directeur du studio transdisciplinaire Forensic Architecture, enseignant-chercheur à la Goldsmiths University de Londres.


déroulé

  • 10h-13h, galerie du Quai : restitution des recherches des étudiants.
  • 14h-17h30, amphi A : table-ronde avec Rémy Ourdan, Catherine Cattaruzza et Eyal Wiezman.

participation

Table-ronde de l’après-midi ouverte à tous, sur inscription via le formulaire en ligne avant le 13 décembre 2018, dans la limite des places disponibles (les étudiants et enseignants participant au projet n’ont pas besoin de s’inscrire). 


1. Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, 350 000 habitants en 1992, ville ayant accueilli les jeux olympiques d’hiver en 1984.
2. Guerre de l’ex-Yougoslavie, 1991-1999 : premier (et encore unique à ce jour) grand conflit en Europe depuis 1945.

  • Linkedin isdat

Calculation of the Height of Burst (HoB) of a White Phosphorus projectile on a still photograph of Rafah (Gaza Strip) on 11 January 2009, using reference heights of surrounding architectural features. Image extract from the report “The Use of White Phosphorus Munitions in Urban Environments: An Effects­ Based Analysis” by Forensic Architecture and Situ Studio (2012). Photography © Iyad El Baba/UNICEF