Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Follow us

Dans les murs

isdaT beaux-arts

07:30 lecico STOP Signal SPIRIT, Coline Sunier

du 26 au 30 mars 2018

workshops

workshop design graphique
22 étudiants — salle 108

restitution
vendredi 30 mars 2018 — 14h30, salle 108

Workshop ouvert aux étudiants en année 1.

Chaque jour, une personne prononcerait en moyenne 16000 mots. Mais combien en voit-on ? Et que disent-ils, ces messages qui s’adressent à nous sous une forme bien précise ? Dans Le Signe, Umberto Eco raconte l’histoire de M. Sigma, un citoyen italien en voyage à Paris pris d’un mal de ventre. Eco décrit son parcours au travers tous les signes qu’il va rencontrer et devoir déchiffrer pour se faire soigner.

Du lever au coucher, une multitude de messages écrits sur une variété infinie de supports nous parviennent, apparaissant sous la forme de signes, de lettres, de mots. Ils sont partout. Tous ces messages ont diverses fonctions et objectifs ; chacun est intimement lié à une forme et un support qui ont été pensés, qui lui sont propres et qui influent sur le sens qu’on lui donne.

Tel un paléographe, vous collecterez sur une journée de façon méthodique et obsessionnelle tous les messages que vous croiserez sur votre chemin, en vue de déconstruire votre environnement quotidien constitué d’une multitude d’[id]entités graphiques. Tous les langages graphiques nous intéressent ici, qu’ils soient véhiculaires ou vernaculaires. Vous “éditerez” ensuite votre journée idéale.

Coline Sunier (FR/CH) est designer graphique et travaille avec Charles Mazé depuis 2008. Après leurs études, ils ont vécu à l’étranger (Pays-Bas, Belgique, Italie) et s’installent en 2018 en France à Paris et Marseille. Ils ont été pensionnaires de l’Académie de France à Rome Villa Médicis en 2014-2015 et sont depuis 2016 designers graphiques en résidence au CAC Brétigny. Ils sont co-fondateurs de la structure éditoriale <o> future <o>.

  • Linkedin isdat

Come vanno le cose, Charles Mazé et Coline Sunier, mars 2015